VOTE | 210 fans

Episodes virtuels de Profilage

Seconde chance

Créateur : mauddc 
Date de création : 06.12.2017 à 22h26

Message du créateur :
La saison 9 d’après mon imagination !

Cet épisode compte 36 paragraphes

Afficher l'épisode

C’était sa première sortie officielle depuis qu’elle avait été retrouvée et depuis qu’elle était sortie de l’hôpital. Depuis sa sortie de l’hôpital, il s’était écoulé 15 jours et durant ce laps de temps elle n’avait voulu voir personne. Elle passait toutes ces journées à profiter d’Ulysse et à apprendre à découvrir Sarah, sa sœur avec qui elle avait vécu tant de choses en si peu de temps. Maintenant qu’Argos était mort elle pouvait profiter d’Ulysse et de Sarah sans aucune menace sur eux même si elle n’arrivait toujours pas à réaliser qu’elle allait désormais avoir une vie normale comme n’importe quelle personne sans quelqu’un pour contrôler sa vie. Elle était heureuse de cette nouvelle vie mais elle se sentait vide comme s’il lui manquait quelque chose après avoir passé une grosse partie de sa vie aux mains d’Argos et une autre partie de sa vie à sa recherche. Heureusement elle n’était pas seule pour affronter cette nouvelle épreuve, elle savait qu’elle était entouré de ses amis Hyppolite, Jess, Emma et même Lamarck avait pris de ses nouvelles chaque jour et elle s’en voulait de ne pas vouloir les voir mais elle ne se sentait pas prête car elle savait qu’ils lui poseraient des questions sur sa santé mais également sur sa séquestration par Argos et elle ne se sentait pas prête à en parler ou du moins pas avec eux. La seule personne qu’elle avait accepté de voir et qui était resté près d’elle durant tout ce temps depuis qu’on l’avait retrouvé a l’hôpital c’était Thomas. Il ne voulait pas la laisser toute seule et ça l’arrangeait car elle ne se serait pas sentie de rentrer chez elle toute à s’occuper d’Ulysse comme si rien ne s’était passé. Il l’avait installé dans sa chambre d’amie avec Ulysse comme ça elle pouvait avoir son espace à elle quand elle avait besoin de se retrouver avec Ulysse ou bien de se retrouver avec elle-même. Leur relation évoluait doucement mais sûrement ils ne s’étaient pas parler de leur sentiment depuis qu’ils s’etaient retrouvés a l’hôpital. Il préférait lui laisser le temps de récupérer et de se sentir bien et il ne voulait surtout pas la brusquer. Ils avaient le besoin d’être proche l’un de l’autre. Cela lui permettait de se sentir en sécurité et il était la seule personne en qui elle avait vraiment confiance. Pour lui c’était plutôt de la peur il avait tellement eu peur de la perdre qu’il s’était promis de la protéger et que plus personne ne l’approcherait pour lui faire du mal. Il n’avait pas repris le travail car le commissaire Lamarck avait estimé que du repos ferait du bien à son équipe après tout ce qu’ils avaient enduré. Thomas avait discuté avec Lamarck et ils étaient tombé d’accords que pour n’importe quelle personne qui intégrerait la 3ème DPJ son dossier serait vérifié au peigne fin. Ils ne voulaient pas prendre de nouveau le risque que quelqu’un s’en prenne à Adèle ou à un autre membre de la DPJ comme l’avait fait là commissaire Baranski. Aujourd’hui, ils devaient se rendre chez Jess et Hyppolite qui avaient décidé d’organiser une fête pour la naissance de la petite Kate qui était née il y a quelques jours. Adèle avait hâte de voir ce petit bébé mais elle appréhendait de voir autant de monde et surtout que les personnes lui posent des questions car suite à ce qui lui était arrivé ça avait là une de la presse chose qu’elle voulait éviter. Elle était en train de préparer Ulysse quand on frappa à la porte. - Oui ? - Tu es prêtes on va y aller ? - Oui je finis de mettre les chaussures à Ulysse et on peut y aller. Il voyait bien qu’elle était angoissée et qu’elle sentait que le moment de partir arrivait car elle cherchait les chaussures d’Ulysse partout alors qu’elles étaient juste posées sur la commode à côté d’elle. Thomas devait lui parler afin de la détendre car sinon il savait qu’elle pourrait craquer durant la fête et il voulait qu’elle profite de ce moment pour se libérer l’esprit, revoir ses amis et penser à autre chose plutôt que d’être le centre du monde. - Lucas ? - Oui papa ? - Tu peux prendre Ulysse avec toi et lui mettre ses chaussures et son manteau on te rejoint. - D’accords. Allez viens avec moi Ulysse on va dans ma chambre se préparer faut qu’on soit super beau pour la fête de Kate. Adèle regarda partir Ulysse avec Lucas elle savait que Thomas avait besoin de lui parler et elle avait besoin de son réconfort pour y arriver.

mauddc  (06.12.2017 à 22:53)

- Je vais pas y arriver Thomas.

- Pourquoi tu n'y arriverais pas on est tous là, je suis là.

- Justement c'est ça mon problème, je sais qu'on va me poser des questions sur ce qui s'est passé et comment je me sens.

- C'est normal on s'inquiète tous pour toi.

- Tout va bien Thomas, je vais de mieux en mieux chaque jour et c'est grâce à votre soutien à tous.

 

Thomas lui adressa un sourire

 

- Il va falloir y aller quand même c'est l'heure et puis Jess sera contente de te revoir.

- Tu me laisses pas toute seule.

- Promis je te lâche pas.

 

Adèle suivi Thomas jusque dans la chambre de Lucas pour récupérer les enfants et partir chez Hyppolite pour la fête de Kate. Elle voyait bien que tout le monde s'inquiétait pour elle mais elle n'arrivait pas à leur parler, à leur dire ce qui s'était réellement passé durant ces quelques jours aux mains d'Argos ni comment elle se sentait. Elle avait menti à Thomas mais c'était pour son bien, elle savait que si elle lui racontait ce qui s'était passé il se sentirait coupable et elle ne voulait pas. Elle ne pouvait pas lui dire que toutes les nuits elle se réveiller à cause de ces mêmes cauchemars qu'elle faisait ou elle avait l'impression de se réveiller dans la chambre avec Argos qui la surveille. ou bien lui dire combien son dos la faisait souffrir par moment lui rappelant la balle qu'elle avait pris. Mais Thomas avait raison, il fallait qu'elle parle pour se libérer de tout ce poids et reprendre la vie qu'elle avait réussi à construite entouré d'Ulysse, Sarah, ses amis et surtout Thomas.

Thomas avait réussi à la faire sortir, ce qui avait été très compliqué depuis qu'elle était sortie de l'hôpital. Il savait qu'elle allait mal et que ce qu'elle lui avait dit c'était pour le rassurer. Elle n'avait pas parler de sa séquestration depuis qu'il l'avait retrouvé, ni même d'Argos et il ne savait pas comment aborder le sujet sans la brusquer. Mais il avait remarqué qu'a chaque bruit elle sursautait de peur et que chaque nuit elle faisait des cauchemars mais il ne savait pas comment intervenir pour l'aider à aller mieux. Il espérait que cette fête allait lui permettre de se changer les idées, de s'amuser et de voir d'autres personnes que lui, Ulysse, Lucas ou même Sarah. Tout allait se dérouler maintenant quand il gara la voiture juste devant chez Hyppolite. Il n'eut pas le temps de couper le moteur que Jess était déjà dehors à attendre Adèle.

 

- Qu'est ce que je suis heureuse de te revoir et qu'est ce que tu m'as manqué.

- Merci Jess

- Laisse je prends Ulysse, vous me suivez.

- Non mais Jess tu viens d'accoucher fait doucement avec Ulysse.

- Ne t'inquiète pas pour moi je vais très bien et puis je me repose assez maintenant c'est un peu à Hyppo de s'en occuper, moi je m'en suis occupée pendant 9 mois.

 

Ils arrivèrement dans l'appartement d'Hyppolite et ils virent le salon remplit de monde, il n'y avait pas qu'eux mais aussi de la famille à Jess et Hyppolite et des amis. Adèle commençait à sentir l'angoisse monter en elle mais il ne fallait pas qu'elle craque. Elle chercha un regard pour trouver du réconfort qu'elle trouva dans les yeux de Thomas.


mauddc  (09.12.2017 à 13:01)

L’après midi suivait son cours, tout le monde était autour de la petite Kate elle était vraiment adorable et elle ressemblait beaucoup à Jess. Hyppolite était complètement gaga de sa fille, il avait ainsi vécu les 9 mois de grossesses de Jess même si ça avait été des mois compliqués notamment avec la séquestration d'Adèle. Le fait de ne pas savoir où elle se trouvait, Jess avait remué ciel et terre comme toute l’équipe pour retrouver Adèle jusqu’à ce fameux jour où le commandant Rocher avait reçu un appel de l’hôpital l’informant qu’une jeune femme du nom d’Adele DELETTRE venait de se réveiller et qu’elle réclamait un certain commandant Thomas Rocher. Ils avaient tous était soulagé de savoir qu’elle était en vie et qu’elle avait été soignée ce qui avait permis à Jess de finir sa grossesse plus calmement même si elle n’avait pas pu voir Adèle jusqu’à ce jour. 

Cet épisode avait permis à Jess et Hyppo de se rapprocher. Il n’était pas officiellement ensemble mais ils fonctionnaient comme un couple. Chacun avait son logement et ils avaient chacun leur tour les enfants 1 semaine sur 2 mais des qu’il y avait des sorties ou des grands repas ils faisaient tout ensemble comme une grande famille et cela leur convenait très bien. Jess avait décidé de garder la péniche qu’elle partageait avec Adèle auparavant. Elle l’avait un peu laissé tombé durant sa séquestration car elle ne se sentait pas bien de vivre chez Adèle sans elle. Mais depuis qu’elle était sortie de l’hôpital Adèe n’avait pas voulu retourner sur la péniche du fait qu’elle avait peur de se retrouver seule avec Ulysse et que cet endroit lui rappeler de douloureux souvenirs pour le moment. Jess était rassurée qu'elle soit chez Thomas et elle était désormais sure qu’ils étaient fait l’un pour l’autre, elle avait vu Thomas s’inquiétait un peu plus chaque jour de ne pas retrouver Adèle jusqu’à son soulagement quand il avait reçu ce mystérieux appel. D’ailleurs elle voulait en savoir un peu plus sur leur relation car elle les voyait de plus en plus proche et elle avait remarqué que depuis leur arrivé ils ne s’étaient pas séparé une seule fois. Elle décida de questionner Adèle pour en savoir un peu plus. 

 - Je peux vous la prendre quelques instants comandant ? 

 Thomas regarda Adèle afin de savoir si elle se sentait prête à être un moment toute seule avec Jess. Il remarqua dans ses yeux de la peur mais il vit qu’elle prit sur elle et accepta. 

 - Bien sure si elle le souhaite. 

 Adèle se leva et suivit Jess dans la cuisine qui se préparait à découper les gâteaux pour le goûter. 

Alors ma petite Adèle avec Mister Rocher tu en es où ?

- Jess ne commence pas avec ça. 

- Attend tu vas pas me dire qu’en t’installant chez lui il ne se passe rien. 

- Déjà je me suis pas installé chez lui c’est juste le temps que j’aille mieux. 

- C’est fou comment tu fais exprès de ne pas comprendre.

- Comment ça ? 

- Tu vois pas comment il te regarde ? Comment il te protège ? Depuis tout à l’heure il n’y a pratiquement personne qui peut t’approcher tellement il est collé à toi et puis quand on te fixe je te dis pas le regard qu’il lance à la personne. 

- Mais non tu t’inventes une histoire Jess. 

- Comme tu veux en attendant c’est pas toi qui l’a supporter pendant le temps où il a disparu et je peux te dire que dans l’état où il était et bien lui il ressent plus que de l’amitié pour toi et ça c’est sure. Mais un conseil ne tarde pas trop car il attendra pas une éternité non plus. 

 Jess laissa Adèle seule dans la cuisine avec ses pensées et parti apporter les gâteaux dans le salon pour fêter la naissance de Kate. 

 Suite à la conversation qu’elle avait eu avec Jess, Adèle était retourné au salon retrouver Thomas et elle avait prétexté être fatigué afin de pouvoir rentrer. Les derniers mots de Jess dans la cuisine n’arrêtait pas de tourner dans sa tête, il est vrai qu’elle n’avait pas pensé à l’état de ses amis pendant qu’elle avait disparu, elle n’avait pensé qu’à elle et elle s’en voulait. Jess avait raison elle ressentait bien plus que de l’amitié pour Thomas mais elle ne savait pas comment aborder le sujet. La fois où elle a voulu faire le premier pas elle s’était retrouvé face à sa belle sœur qui lui avait pourrit sa vie durant sa présence et elle ne se sentit pas prête à revivre ça surtout avec ce qu’elle avait vécu ces derniers jours. 

Adèle n’avait pas décroché un mot depuis qu’ils étaient partis de la fête, elle était perdu dans ses pensées et Thomas voyait bien que quelque chose n’allait pas et qu’il s’était passé quelque chose avec Jess dans la cuisine car depuis qu’elle était revenu elle était dans ses pensées. Il n’aimait pas qu’elle soit dans ses pensées car elle ressassait de mauvais souvenirs et c’était pas bon pour elle et même si elle avait pas envie de parler il se lança. 

Qu’est ce qui s’est passé avec Jess dans la cuisine ? 

- De quoi tu parles ? 

- Je vois bien que depuis que tu es revenu tu ne parles plus et tu es dans tes pensées. 

- Rien juste un coup de fatigue. 

- Tu sais que ça te ferait du bien de parler. 

- J’ai pas besoin de parler tout va bien. 

- Je veux juste t’aider. 

- Et bien continue à faire comme tu le fais c’est suffisant. 

 Voilà ce qu’il ne voulait pas. Elle s’était braquée et elle ne voulait plus lui parler pour le moment. Il fallait vraiment trouver une solution pour la faire parler car elle ne pouvait pas garder tout ça pour elle, elle allait finir par craquer. 

Arrives chez Thomas, elle demanda à Thomas s’il pouvait s’occuper d’Ulysse car elle avait besoin de se reposer. Pendant qu’Adele était parti se reposer, Thomas avait pris Ulysse et Cailloux et ils étaient partis faire une promenade accompagné de Lucas. Ils décidèrent de s’arrêter dans un parc afin de permettre à Ulysse de courir et de jouer et également à Cailloux de se défouler. Lucas en profita pour parler avec son père. 

Tu sais papa les mots qu’elle t’a dit Adèle elle ne les pensait pas. 

- Je sais mon grand mais je sais pas comment agir avec elle. 

- Continue de faire comme tu le fais et ça marchera avec le temps. 

- Merci d’accepter qu’Adele soit chez nous et qu’elle rentre de nos vies. 

- Moi je l’aime bien Adèle et je ne dirais pas non pour l’avoir comme seconde maman.

Thomas était resté bloqué sur cette phrase avant de rejoindre les garçons et de jouer avec eux. Pendant environ 1h ils avaient joué tous les 3 au ballon avec Cailloux qui n’arrêtait pas de courir derrière le ballon afin de le garder pour lui et de les empêcher de jouer. Il se faisait tard, il était temps de rentrer et puis Ulysse commençait à réclamer sa tatie, ils prirent le chemin du retour en direction de chez eux. 

Quand ils arrivèrent à la maison, ils entendirent Adèle qui avait l’air agité dans son sommeil. Thomas demanda à Lucas de prendre Ulysse dans sa chambre car il ne voulait pas que Ulysse voit sa tatie dans cet état et il lui promis que des qu’elle serait réveillée elle viendrait le voir et jouer avec lui. Alors que Lucas partit avec Ulysse dans sa chambre, Thomas se dirigea dans la chambre d’Adele et frappa à sa porte mais aucune réponse et il l’entendait s’agitait. Il décida de frapper de nouveau à la porte mais toujours aucune réponse. Il commença à s’inquiétait et décida de rentrer dans la chambre même si elle n’était pas d’accords. Quand il rentra dans la chambre, il vit qu’elle dormait toujours elle n’avait pas entendu ses coups à la porte et elle ne l’avait pas entendu rentrer mais elle était toujours agitée. Il décida de s’approcher d’elle. 

Adèle tu m’entends ? 

Adèle ouvrit les yeux d’un coup, ses yeux étaient en train de repérer dans la pièce dans laquelle elle se trouvait et elle essayait de se rappeler la voix qu’elle venait d’entendre, quand elle tomba dans les yeux de Thomas qui était inquiet. 


mauddc  (10.12.2017 à 12:35)

- Adèle tout va bien tu es en sécurité.  

- Thomas je suis désolée pour tout ce que je t’ai dit tout à l’heure, tu as raison ça va pas du tout. 

- C’est oublié ne t’inquiète pas tu veux en parler ? 

- J’ai été égoïste et j’en suis désolée. 

- Comment ça tu as été égoïste ? 

- Jess elle a raison vous vous occupez tous de moi et toi spécialement et je ne fais rien pour que ça aille mieux. 

- C’est pour ça que tu étais pas bien en partant de la fête ? 

- Je t’ai même pas demandé comment toi tu te sentais et comment tu avais vécu cette période à me rechercher. 

- Moi on s’en fiche j’irais bien quand tu iras mieux, mais pour ça il faut que tu parles pour te libérer. 

- Je sais mais j’ai l’impression que si je vous parle je vais vous faire du mal. 

- Tu veux pas aller voir un psy ? 

- Alors là non je sais comment ça va se passer et je pense que ça sera pire. 

- On va trouver une solution ne t’inquiète pas. 

- Comment va Ulysse ? 

- Très bien on a été joué dehors mais je dois avouer qu’il réclame sa tatie.  

- Je me rafraîchie et j’arrive. 

 Thomas était en train de préparer le repas avec l’aide de Lucas pendant qu’Adele profiter de ce moment pour jouer avec Ulysse. C’était des moments importants pour elle car ça lui permettait de ne penser à rien d’autre qu’à Ulysse. Elle redevenait elle-même, celle qu’elle avait été avant ces quelques jours passés avec Argos. 

Après le repas, elle avait été couché Ulysse qui s’endormait à table après la journée qu’il avait passé à jouer chez Hyppo et Jess avec Sydney et après dans le parc avec Thomas, Lucas et Cailloux. Adèle était heureuse de voir que le petit garçon était heureux et qu’il ne se doutait de rien de ce qu’il s’était passé depuis qu’il était né. Il était certes encore jeune mais il avait compris que sa maman avait rejoint les étoiles et que c’était sa tatie qui s’occupait de lui et qui l’aimait surtout. Il n’avait jamais demandé où était son papa et pour ça elle le remerciait car elle ne saurait quoi lui dire surtout que c’était elle qui l’avait tue même si c’était de la légitime défense Adèle avait beaucoup de mal à vivre avec ça. Elle le regarda dormir et partie rejoindre au salon Thomas. Jess avait raison elle ressentait beaucoup plus que de l’amitié pour Thomas et ce n’était pas que des collègues de travail mais elle ne savait pas comment aborder le sujet. Seulement voilà il fallait se lancer. 

Thomas ?  

- Un problème avec Ulysse ? 

- Non tout va bien il dort. On peut parler ? 

- Oui bien sure tu veux me parler de ton cauchemars ? 

- Non pas trop c’est plutôt par rapport à un autre sujet. 

- Dit moi je t’écoute. 

- Tout à l’heure j’ai discuté avec Jess et elle m’a dit des choses qui m’ont fait réfléchir. 

- Oublie ce que Jess t’as dit le principal c’est quand toi tu iras bien, j’irais bien. 

- C’est pas par rapport à ça. Pourquoi tu as voulu que je m’installe chez toi ? 

- Comment ça ? 

- Thomas tu ne m’aides pas c’est déjà assez difficile pour moi de te parler de ça. 

- Sois plus explicite ? 

- Qu’est ce que tu ressens pour moi ? 

- Et toi qu’est ce que tu éprouves pour moi ? 

- J’ai posé la question en première à toi de répondre. 

- Et qu’est ce que tu veux réellement ? 

- Thomas c’est pas évident pour moi cette situation donc si y a juste de l’amitié je préfère le savoir tout de suite. 

Thomas ne répondît rien et se rapprocha tout doucement d’Adele pour n’être plus qu’à quelques centimètres de son visage. Elle sentait son souffle sur sa peau et elle n’avait qu’une envie c’est de poser ses lèvres sur les siennes. Elle n’eut pas le temps de se poser la question que Thomas venait de le faire. Elle avait imaginé cette scène plusieurs fois mais c’était encore mieux que dans son imagination, elle se sentait légère avec des papillons dans le ventre comme si rien ne pouvait l’atteindre. Une fois le baiser fini, elle fixa Thomas dans les yeux. 

Je crois que j’ai compris, donc on ressent la même chose.?

- Ça se pourrait. 

- Thomas j’ai jamais vécu cette situation je ne connais rien à l’amour je sais pas comment ça se passe. 

Thomas l’a pris dans ses bras, depuis le temps qu’il n’attendait que ça il avait cru ne jamais pouvoir le faire quand elle avait disparu et maintenant que c’était officiel il ne voulait plus la lâcher et profiter de ces instants rien qu’à eux. 

On va y aller tranquillement ne t’inquiète pas et puis pour moi aussi c’est un nouveau départ car je n’ai pas ressenti ça depuis la mort de ma femme. 

- Je voulais te dire Thomas, merci pour tout ce que tu as fait pour moi et pour tout ce que tu fais encore car j’ai pas été une personne facile au départ. 

- C’est le passé Adèle, on l’oublie et on se concentre sur notre avenir ensemble d’accords ? 

- Avec plaisir. 

- On va se coucher ? 

- Tu veux bien dormir avec moi ? 

- Pourquoi tu comptes dormir toute seule ? 

- Non mais ce que je veux dire dans la chambre avec Ulysse je veux pas le laisser seul. 

- D’accords je te rejoints. 

Ils se couchèrent enlacer dans les bras l’un de l’autre, ils étaient bien rien que tous les 2. Thomas oubliait tout ce qu’il avait vécu ces derniers jours avec la disparition d’Adele. Quant à Adèle, les bras de Thomas lui permettait d’oublier les horribles moments qu’elle avait passé aux mains d’Argos et la douleur de la balle dans le dos quand il lui avait tiré dessus. Ils pouvaient dormir tranquille.  

Dans la nuit, Thomas fut réveillé par son portable qui sonnait, il alla répondre dans le salon se demandait qui pouvait bien l’appeler en plein milieu de la nuit. 

Allo ? 

- Commandant ? C’est Emma. 

- Un problème Tomasi ? 

- On vient de nous signaler un homicide ? 

- Et vous avez essayé de joindre quelqu’un d’autre ? 

- Justement ils sont tous en affaire donc Lamark m’a demandé de vous contacter. 

- D’accords vous m’envoyez l’adresse on se retrouve la bas je me prépare et j’arrive. 

Il retourna dans la chambre sans faire de bruit pour ne pas réveiller Adèle qui dormait si bien, il récupéra quelques affaires et commença à sortir de la chambre quand il entendit la voix d’Adele. 

Fait attention à toi Thomas. 

- Ne t’inquiète pas rendors toi je reviens le plus vite possible. 


mauddc  (11.12.2017 à 18:57)

Thomas arriva sur les lieux du crime il était 4h du matin, en principe qu’on l’appelle en pleine nuit pour un crime ne le dérangeait pas car il aimait son boulot et il s’était surtout plongé dedans après la mort de sa femme. Sauf que depuis qu’il avait retrouvé Adèle et qu’il s’était rendu compte qu’il éprouvait bien plus de l’amitié pour elle, son travail passé après et encore plus cette nuit il aurait aimé être avec elle tranquillement plutôt que sur ce lieu. Il rejoignit Emma qui était de retour parmi eux depuis sa mission et il était content de la retrouver. 

Bonjour Tomasi, bon retour parmi nous. 

- Merci beaucoup commandant. Comment va Adèle ? 

- Ça va bien je vous remercie. 

- Car avec ce que Jess lui a sorti hier, elle a pas été très cool et ça a pas dû aider Adèle. 

- Vous inquiétez pas ça l’a bouge un peu mais tout va bien. Bon qu’est ce qu’on a ? 

- Je vous présente Antoine Dupré il a été retrouvé dans son appartement pendu, c’est des collègues qui sont intervenus en pleine nuit car les voisins se plaignaient du tapage nocturne sauf que quand ils sont rentrés dans l’appartement, ils l’ont trouvé pendu au lustre. Mais après vérification la doc s’est aperçu qu’on l’a étranglé avant de le pendre. 

- Donc ce n’est pas un suicide mais bien un meurtre. Vous avez interrogé les voisins qui ont appelé nos collègues pour en savoir un peu plus ? 

- Non justement j’y vais là. 

- Ok moi j’appelle Courtene et on se retrouve à la DPJ pour faire le point. 

Thomas quitta la scène de crime pour rejoindre sa voiture et composa le numéro de Courtene. 

Commandant ça tombe bien que je vous ai eu téléphone, j’ai passé un savon à Jess pour ce qu’elle a dit à Adèle hier et elle doit passer chez vous pour s’excuser. 

- D’accords je vais l’avertir, merci Courtene. 

- Je vous en prie. Bon pour Antoine Dupré, d’après ce que j’ai il est prof de français au collège Pablo Picasso, il avait l’air d’être apprécié de ses collègues mais il y a quelque chose de bizarre c’est qu’il a changé 5 fois d’établissement en 3 ans. 

- Effectivement c’est pas normal surtout en milieu d’année comme ça. Vous pouvez me donner les adresses des établissements où il a enseigné j’ai besoin d’en savoir un peu plus. 

- Je vous envoie ça. 

- Merci Courtene. 

Thomas démarra la voiture et partie en direction du premier établissement afin d’en savoir un peu plus sur cet Antoine Dupré.  

De son côté, Adèle n’avait pas réussi à se rendormir depuis le départ de Thomas elle avait peur de nouveau de faire un cauchemar. Elle s’était levé et tourner en rond dans l’appartement ne sachant pas quoi faire. Elle avait l’envie d’appeler Thomas afin d’en savoir un peu plus sur cet affaire et peut être l’aider mais elle n’avait pas le droit de reprendre le travail et puis Thomas ne lui répondrait pas. 

Ulysse venait de se réveiller, elle ne profita pour s’en occuper ça lui permettait de s’occuper car elle détestait rester à ne rien faire et à tourner en rond. Lucas sorti de sa chambre il avait cours et elle lui proposa de lui préparer son petit déjeuner, ce qu’il accepta volontiers.  

Ça faisait un moment, qu’une figure maternelle ne s’était pas occupé de lui. Bien sure son père était très présent mais ce n’était pas la même chose. Même s’ils discutaient beaucoup et qu’ils ne se cachaient rien il y avait certaines choses qu’il ne pouvait pas lui dire. Il avait eu sa tante pendant quelques temps mais au final il s’était rendu compte qu’elle n’était pas venu pour lui mais surtout parce qu’elle était amoureuse de son père et pour mettre le bazar dans leur vie et il était bien content qu’elle soit partie. Alors qu’Adele préparait le petit déjeuner pour les garçons, Lucas entendit le portable d’Adele sonner. 

Adèle je crois que ton téléphone sonne. 

- Merci Lucas, je te laisse finir et tu peux surveiller Ulysse 2 minutes je fais vite. 

- Pas de soucie, je m’en occupe. 

- Allô ? 

- Adèle c’est Thomas. 

- Alors comment avance cette enquête ? 

- On a quelques informations je vais aller me renseigner auprès de ses collègues et Emma s’occupe du voisinage pendant que Courtene essaye de regarder son téléphone portable. 

- Et vous avez une première idée de qui aurait pu faire ça ? 

- Attend je vois où tu veux en venir, je ne dirais plus rien tu es en repos donc pas de travail pour toi. 

- Non mais c’est juste pour vous aider. 

- Merci mais ça va aller, je t’appelle pas pour ça mais pour te dire que Jess va passer par rapport à ce qu’elle t’a dit hier. 

- Ah d’accords, je l’attends alors vu que je ne peux pas bouger de la maison. 

- Dans quelques jours tu seras de nouveau avec nous, patience. 

- Oui je sais. 

- Bon je te laisse je dois y aller, Lucas est prêt à partir ? 

- Oui je lui ai préparé son petit déjeuner et il y va. 

- Qu’il en profite pas trop non plus. 

- Ça me fait plaisir à plus tard. 

Elle raccrocha et elle retourna auprès des garçons afin de libérer Lucas pour qu’il puisse aller en cours et s’occuper d’Ulysse et d’elle afin d’être prête quand Jess viendra. 

Thomas quand à lui arriva dans le premier établissement où Antoine Dupré avait exercé en tant que professeur de français et il demanda à rencontrer le principal. Il fut reçu tout de suite. 

Merci de me recevoir Mr le principal. 

- Je vous en prie. En quoi puis je vous aider. 

- J’ai besoin de vous poser des questions sur un certain Antoine Dupré. 

- Oui bien sure à quel sujet ? 

- J’ai vu qu’il avait exercé dans votre établissement au début de son activité mais il n’y est reste que 6 mois pourquoi ? 

- Antoine était tout jeune quand il a commencé à exercer et il n’arrivait pas à tenir sa classe, il y avait beaucoup d’agitation dans ses cours et les élèves n’arrivaient pas à faire cours. Jusqu’au jour où il a craqué et il a mis une gifle à un élève. 

- Il a été viré de votre établissement ? 

- Oui mais il n’est pas passé par la commission de l’Education National car ils n’ont pas été au courant de cette affaire. 

- Pourquoi ça ? 

- On a trouvé un arrangement avec les parents, j’ai viré le professeur en question et les parents n’ont pas porté plainte. 

- Et comment il a retrouvé un emploi assez rapidement. 

- Un autre collège avait besoin d’un professeur en remplacement assez rapidement alors je leur ai proposé. 

- Et après vous n’avez plus eu de nouvelles ? 

- Non l’histoire s’est arrêté la. 

- Très bien je vous remercie. Si jamais j’ai besoin de plus d’information je vous recontacte. 

- Avec plaisir commandant. 

Thomas reparti en direction de sa voiture pour se rendre dans le 2ème établissement mais cette histoire d’arrangement avec les parents lui paraissait bizarre. Il avait besoin d’en savoir plus et il se dirigea vers le second établissement. 


mauddc  (16.12.2017 à 12:07)

Jess venait d’arriver chez Adèle avec la petite Kate, elle venait juste de déposer Sydney à l’école ce qui lui permis de passer un moment avec Adèle et Ulysse. Elle voulait en profiter pour s’excuser de son comportement d'hier, par pour ce qu’elle lui avait dit mais pour faire comprendre à Adèle que Rocher l’aimait pour qu’elle se lance. Mais surtout s’excuser de la manière dont elle lui a parlé surtout après tout ce qu’elle venait de vivre. 

Merci de m’accueillir Adèle. 

- Thomas m’a averti que tu allais passé et puis ça peut me faire que du bien au lieu de rester seule. 

- Je voulais m’excuser pour hier. 

- Tu n’as pas à t’excuser Jess tu avais totalement raison d’agir comme ça. 

- Tu t’es lancée ? 

- Non mais on a discuté un peu et ça nous a fait du bien. 

- Et tu attends quoi ? 

- Que je sois prête et pour le moment avec ce que j’ai vécu récemment je ne suis pas prête. 

- Je comprends mais tu sais que tu peux me parler de ce qui t’es arrivée. 

- Je sais mais justement j’y arrive pas car je sais que ça va vous faire du mal. 

- Sache qu’on est tous avec toi si jamais tu as besoin. 

- Merci beaucoup Jess. 

- Bon sinon tu as prévu quoi aujourd’hui. 

- Et bien pas grand-chose je ne sors pas. 

- Pourquoi ? 

- A part mon boulot, mes amis et Ulysse j’ai pas grand-chose à faire. 

- Va voir Sarah. 

- Je sais pas si elle veut me revoir avec ce qui s’est passée. 

- Tu ne le sauras pas si tu ne va pas la voir. 

- Et je fais quoi d’Ulysse ? 

- Je te le garde comme d’habitude. 

- Mais tu as Kate ? 

- Et bien tu restes le temps que je lui donne à manger et des qu’elle est couchée tu peux partir comme ça je m’occupe d’Ulysse. 

- T’es sûre ? 

- Oui tiens prend Kate le temps que j’aille lui préparer son biberon. 

- Je suis pas sure… 

Adèle n’eut pas le temps de terminer la phrase qu’elle se retrouva avec la petite Kate dans les bras, elle était bloquée elle ne savait pas quoi faire avec. C’est la première fois qu’elle prenait un aussi petit bébé et elle ne savait pas trop comment agir. Puis tout se fit naturellement comme si l’instinct maternelle venait d’apparaître. Adèle regardait la petite Kate qui n’arrêtait pas de lui faire des sourires, cela redonnait le moral à Adèle. Il est vrai qu’elle était contente d’avoir Ulysse dans sa vie et de s’en occuper comme son propre fils mais aurait-elle le droit un jour de goûter à la maternité, ça elle en était moins sûre mais elle évita d’y penser. Voyant cette scène, Jess décida de lui laisser donner le biberon et de garder un souvenir de cette belle scène en l’immortalisant pas une photo qu’elle envoya à toute l’équipe accompagné d’un petit mot rassurant « Kate lui permet d’oublier les mauvais moments ». Une fois le biberon terminé, elle redonna la petite à Jess et se prépara pour aller retrouver Sarah. Il fallait qu’elles parlent toutes les 2 de ce qui leur était arrivée. 

Thomas ressortit du second établissement et décida de repartir en direction de la DPJ afin de faire un premier point avec l’équipe et si besoin il irait voir les autres établissements. Sur le chemin il appela Courtene pour avoir plus d’information. 

Courtene vous avez d’autres informations ? 

- J’ai cherché s’il avait de la famille, mais ses parents sont morts quand il avait 10 ans donc il a été élevé en foyer sinon pas de trace d’une femme ou même d’enfants. 

- D’accords moi j’ai vu 2 anciens directeurs de collège et dans chaque collège il s’est passé quelque chose mais à chaque fois ça s’est arrangé avec la famille jamais monté à l’académie. 

- Vous voulez qu’on convoque les familles ? 

- Oui j’aimerais en savoir un peu plus. Tomasi est revenu ? 

- Elle m’a averti qu’elle partait et qu’elle avait pu interroger certains voisins donc on en saura plus quand elle sera revenu. 

- Parfait, on se retrouve d’ici 30 minutes vous prévenez Lamark. 

- Oui je m’en occupe. Au fait commandant ? 

- Oui ? 

- Très jolie la photo d’Adele avec Kate. 

- Quelle photo ? 

- Je vous laisse regarder Jess à du vous l’envoyer. 

Thomas raccrocha et regarda dans les messages qu’il avait reçu et effectivement on pouvait apercevoir Adèle en train de donner à manger à Kate mais elle était dans son monde comme si rien ne pouvait l’atteindre comme quand elle est avec Ulysse. Des moments où la peur n’existait plus et il aimait la voir comme ça et il était rassurer qu’elle aille mieux. 

Adèle avait contacter Sarah sur le chemin afin de savoir où elles pouvaient se retrouver et Sarah lui avait indiqué qu’elle était à son entraînement de roller derby et qu’elle pouvait la rejoindre la bas pour qu’elles puissent discuter toutes les 2. Quand elle arrive, Sarah était en train de s’entraîner et elle ne voulait pas la déranger donc elle décida de s’installer dans les tribunes et de regarder l’entraînement. C’était la première fois qu’elle regardait ce sport, étant petite elle n’avait exercer que la danse classique où le piano tout ce qui ramenait à la musique classique et aujourd’hui avec la mort d’Argos elle avait envie de découvrir autre chose. Sarah l’avait remarqué dans les tribunes et elle était contente de voir qu’elle allait bien et qu’elle était venu la voir. A la fin de l’entraînement elle se dirigea vers Adele et l’enlaça. 

Ca me fait plaisir de te revoir. Comment tu te sens ? 

- Ça va mieux, j’ai encore mal au dos à cause de la balle mais ça guérit bien. 

- J’ai vraiment cru qu’on allait pas te retrouver, j’ai eu tellement peur. 

- Je sais même pas ce qui s’est passé moi-même, la dernière scène que je vois c’est une personne qui rentre dans la pièce je crois que c’est Thomas et après plus rien je me réveille seule a l’hôpital. 

- Ce n’était pas Thomas car quand il est arrivé tu n’étais plus allongé là où je t’avais laissé. 

- Viens on va boire un verre et parler de tout ça. 

Elles se dirigèrent vers les vestiaires pour que Sarah puisse se changer et elles partirent en direction d’un café afin de pouvoir parler tranquillement. 

De son côté, Thomas avait retrouvé Emma, Courtene et Lamark afin de faire un premier point sur les infos qu’ils avaient sur la personne assassinée.  

Bon d’après les directeurs des 2 établissements avec qui j’ai discuté, Antoine Dupré était un professeur sérieux mais qui avait un problème de discipline dans ses classes. Il n’arrivait pas à se faire respecter sauf qu’au bout d’un moment ça dégénérait à chaque fois et dans le premier établissement il a mis une gifle à un élève et dans le second il a enfermé un élève dans un placard. Alors ce qui est bizarre c’est qu’aucun des parents n’a porter plainte et que c’est jamais remonté à l’académie ça s’est toujours réglé entre les parents, le directeur et le professeur et ça je comprends pas pourquoi. 


mauddc  (18.12.2017 à 21:56)

Thomas était en salle d’interrogatoire avec la première famille qui avait été convoqué. Antoine Dupré avait été le professeur de français de leur fils et le professeur avait craqué et il lui avait mis une claque. Thomas avait besoin de savoir pourquoi cette famille n’avait jamais porté plainte contre le professeur et pourquoi ils avaient étouffé l’affaire. 

J’avais besoin d’en savoir un peu plus sur l’affaire qu’il y a eu entre votre fils et son ancien professeur de français Mr Dupré. 

- Qu’est ce que vous voulez savoir exactement. 

- Ce qui s’est passé ? 

- Et bien le professeur a mis une gifle à notre fils. 

- D’accords mais vous avez eu la raison de ce geste ? 

- Non et on s’en fiche nous tout ce qu’on demandait c’est qu’il juge pour le geste qu’il avait fait. 

- D’accords mais pourquoi ne pas avoir porter plainte contre lui. 

- Le directeur nous avait informer qu’il s’en chargerait lui-même. 

- Qu’il s’en chargerait lui-même ? 

- Oui qu’il ferait remonter l’information à l’académie et que le collège déposerait une plainte contre le professeur. 

- Parce que à ce jour je n’ai aucune plainte d’enregistrer. 

- Mais pourtant il a été viré. 

- Oui mais ni les forces de l’ordre, ni l’académie ont été au courant. 

- Et en quoi ça vous intéresse aujourd’hui ? 

- Mr Dupré a été retrouvé étranglé et pendu chez lui. 

- Quel horreur. Qui a été capable de faire ça ? 

- Justement c’est ce que nous cherchons mais pour ça j’ai besoin de savoir ce que vous faisiez cette nuit entre 1h et 3h du matin. 

- On était chez nous en train de dormir. 

- Et je suppose que personne ne peut confirmer votre alibi ? 

- Malheureusement non. 

- Très bien je vous demanderais de rester à la disposition de la police le temps de l’enquête. 

Thomas quitta la salle d’interrogatoire et parti retrouver Lamark afin de faire un premier point. Il ne comprenait pas pourquoi le directeur avait dit qu’il s’en occuperait lui-même alors qu’il a rien fait du tout. Le commissaire demanda à ce qu’on convoque de nouveau le directeur du premier établissement dès demain à la première heure afin d’avoir plus de précision. Pour le moment l’enquête était au point mort et il décida de rentrer afin de se reposer pour la journée de demain et de retrouver Adèle. 

Adèle et Sarah était dans un café, elle parlait beaucoup de ce qu’elles avaient vécu et Adèle aidait du mieux qu’elle pouvait Sarah pour qu’elle oublie cette période et qu’elle passe à autre chose. Adèle était contente de voir que Sarah avait repris sa vie normalement et que le fait qu’elle soit kidnappée par Argos avait resserré ses liens avec ses parents et sa maman avait accepté qu’elle arrête la danse et qu’elle se concentre sur le Roller derby. 

Tu veux essayer ? 

- Le Roller derby ? 

- Bah oue. 

- Plus tard car je pense pas qu’avec mon dos je puisse. 

- Comment va-t-on dos d’ailleurs ? 

- J’ai toujours des soins mais j’ai du subir une opération pour me retirer la balle. 

- Tu es restée combien de temps à l’hôpital ? 

- Je ne sais pas du tout. Quand je me suis réveillée j’étais dans une chambre d’hôpital toute seule, j’ai commencé à paniquer donc les médecins et infirmiers ont essayé de me calmer mais rien ne fonctionnait et je leur ai demandé de contacter le commandant Thomas Rocher. 

- C’est comme ça qu’il t’a retrouvé ? 

- Oui et je n’en sais pas plus. 

- Et lui ? 

- Non plus et je sais qu’il attend que je parle justement pour continuer de rechercher la personne qui m’a emmené à l’hôpital. 

- Pourquoi tu ne veux rien lui dire ?

- Car d’après ce que j’ai entendu dire il était vraiment mal quand j’avais disparu et je veux pas lui faire revivre ces moments là. 

- Et tu préfères souffrir toi ? 

- J’ai toujours fonctionné comme ça. 

- Mais ça c’était avant Adèle, maintenant tu as une famille et ils sont là pour toi donc parle leur. 

Sarah reçu un appel de sa maman qui était venu la récupérer. Elle quitta Adèle et elles se promirent de se revoir rapidement et que maintenant qu’elles savaient qu’elles étaient sœur et que plus personne ne pourrait les séparer elles avaient tout le temps pour apprendre à se connaître. 

Alors que les enfants étaient couchés, Adèle et Thomas en profitaient pour passer du temps ensemble rien que tous les 2. Ils profitaient de ce moment ensemble, c’était l’une des rares fois depuis qu’ils travaillaient ensemble qu’ils n’avaient pas passer la journée ensemble à part pendant la période où Adèle avait disparu. D’habitude ils passaient leur temps au travail tous les 2 et à ce moment précis la séparation était compliqué entre les 2.  

Alors ta journée avec Jess ? 

- Je l’ai pas vu beaucoup elle m’a gardé Ulysse et je suis allée voir Sarah. 

- Tu es sortie toute seule ? 

- Oui Jess m’a poussé dehors. 

- Elle a eu raison ça t’a fait du bien ? 

- Oui j’essaye de l’aider à passer à autre chose et je vois que ça fonctionne donc je suis contente pour elle. Et toi ton enquête ? 

- Tu veux vraiment parler de ça ? 

- Thomas s’il te plaît j’en peux plus d’être à la maison à rien faire je pourrais travailler à distance. 

- Oui mais je sais très bien que tu ne resteras pas à l’appartement et que tu serais capable d’aller sur le terrain. 

- Non jamais. 

- Je te connais par cœur Adele donc non je ne te dirais rien sur cette enquête. 

- J’aurais essayé. 

- Oui. Bon je vais prendre une douche je te retrouve dans ton lit ? 

- Oui si ça te dérange pas. 

Il ne lui répondit pas directement mais il l’embrassa pour lui montrer que cela ne le dérangeait pas et que ça lui convenait parfaitement tant qu’il était avec elle. Adèle attendit qu’il soit bien sous la douche pour aller fouiller dans le dossier qu’il avait ramené. Elle en profita pour prendre quelques photos sur son téléphone des pièces du dossier et pour retenir le maximum d’information. Il ne voulait pas qu’elle travaille mais elle ne pouvait pas rester sans rien faire et elle avait besoin de travailler. 


mauddc  (19.12.2017 à 19:50)

Adèle se retrouvait en face d’Argos, pour la confrontation avec le commandant Fremo à sa droite et Baranski derrière elle. Argos était en train d’avouer qu’il avait menti et que c’était lui qui avait fait tue son avocat. Le commandant Fremo ne comprenait plus rien mais Adèle avait compris que c’était un piège elle essaya de lui expliquer mais il ne voulu rien entendre et elle entendit un premier coup de feu venir de derrière elle et vu le commandant Fremo tomber au sol. La peur commençait à l’envahir quand elle se sentit secouée dans tous les sens.

- Adèle c’est un cauchemar réveille toi. 

- Thomas, j’ai vraiment cru que j’étais de nouveau face à Argos. 

- Qu’est ce qui s’est passé ? 

- J’étais face à Argos pour la confrontation, il me dit bonjour et il avoue que je ne suis pas responsable de la mort de son avocat mais que c’est lui qui l’a fait tue. Le commandant Fremo ne comprend pas ce qui est en train de se passer, je lui demande d’appeler du renfort car on est en train de se faire piéger et j’entends un premier coup de feu derrière moi. 

- C’était Baranski ? 

- Oui elle a tue un des premiers gardes et après elle a tiré sur Fremo. Elle a été récupérée les clés du garde pour qu’Argos se libère et elle a tiré une nouvelle fois sur le commandant Fremo puis sur l’autre garde qui se trouvait derrière les vidéos. Puis Argos a remarqué que le premier garde qui avait été touché essayait de s’enfuir et là il l’a étranglé avec la chaîne de ses menottes. 

- C’est fini Adele calme toi c’est fini Argos est mort et Baranski est en prison et on est tous avec toi et plus personne ne te fera du mal je te le promet. 

- Je revis tout le temps cette scène Thomas, je le revois étrangler ce pauvre homme et Baranski qui abat froidement ces hommes. 

- Tu veux un verre d’eau pour te rafraîchir ? 

- Oui s’il te plaît. 

Thomas parti en direction de la cuisine pour lui chercher un verre d’eau, elle lui avait raconté une partie de ce qu’elle avait vécu et c’était déjà un grand pas pour elle de se confier comme ça mais également pour lui car ça lui permettait de comprendre ce qu’elle avait vécu. Et pour elle, qui est très sensible avec ce qui se passe dans la vie de tous les jours voir des hommes se faire abattre il comprit que c’etait compliqué de vivre avec ça.  

Suite à ce cauchemar, elle réussit à se rendormir dans les bras de Thomas mais pour lui se fût plus difficile car il imaginait Adèle au milieu de toutes ces personnes en train de se faire tuer et il imaginait comment elle devait avoir peur. N’arrivant plus à dormir, il décida de se lever et de partir directement à la DPJ, une grosse journée l’attendait. 

Elle entendit la porte se fermer et elle décida de se lever. Adèle savait que Thomas n’avait pas réussi à se rendormir après ce qu’elle lui avait raconter c’est pour ça qu’elle ne voulait pas lui raconter mais ils avaient tous raison ça lui avait fait du bien de raconter ce mauvais moment. Elle en profita du fait qu’il soit parti pour se mettre sur l’enquête sans qu’il ne le sache et décida d’appeler une personne qui pouvait l’aider. 

Emma ne dit rien il faut que mon appel reste discret. 

- Bonjour Adèle, je suis toute seule au bureau mais pourquoi tu veux que ça reste discret ? 

- J’ai besoin de ton aide. 

- Je t’écoute. 

- J’ai pris des infos sur l’enquête dans le dossier de Rocher et je peux vous aider mais il ne veut pas alors je me suis dit que tu pouvais être mon intermédiaire. 

- Pardon ? 

- Emma s’il te plaît je n’en peux plus de rester mes journées à rien faire, j’ai besoin de travailler. 

- D’accords mais si Rocher ou même Lamark s’en aperçoivent je pense que je vais passer un mauvais moment. 

- Je te promet que personne ne saura rien. 

- Bon dit moi ce que tu as besoin de savoir. 

- D’après ce que j’ai lu dans le dossier c’est un professeur qui a fait plusieurs établissement en très peu de temps qui chaque fois a été viré car il a dérapé avec ses élèves mais il n’y a jamais eu de plainte ni même de remonter à l’académie. 

- C’est exactement ça. 

- Et niveau familiale ? 

- Pas de femme, ni d’enfant et ses parents sont morts quand il avait 10 ans il a été élevé en foyer. 

- Est-ce que vous avez était vous renseigner auprès du foyer afin de savoir comment il était plus jeune ? 

- Non pour le moment on s’est occupé des familles et des directeurs des établissements.  

- Il faut en savoir plus sur le foyer car si c’est une personne calme qui perd son sang froid à chaque fois au bout d’un certain temps c’est forcément lié à quelque chose et je pense qu’il faut commencer par son enfance. 

- D’accords je vais voir ce que je peux faire et je te tiens au courant. 

- Merci Emma. 

Adèle raccrocha et commença à s’occuper d’Ulysse en attendant d’avoir des nouvelles d’Emma, au moins ça allait lui occuper la journée. 

De son côté, Thomas venait d’arriver à la DPJ, il se dirigea dans le bureau de Courtene afin de savoir si y avait du nouveau sur l’enquête. 

Courtene ça a avancé depuis hier ? 

- Non pas tellement mais Emma souhaite vous suggérez quelque chose. 

- Je pense qu’il faut qu’on aille interroger la directrice du foyer où Antoine Dupré a grandi il s’est forcément passer des choses là bas pour qu’il agisse comme ça avec ses élèves. 

- D’accords on s'en occupe je préviens Lamark. Quand à vous Hyppolite convoquait moi les autres directeurs des collèges j’ai besoin de savoir s’ils ont la même version que les deux premiers. 

Après avoir discuté avec Lamark de l’idée d’Emma, il avait appelé la directrice du foyer afin de savoir si elle pouvait les recevoir dans la matinée afin d’en savoir un peu plus sur Antoine Dupré. Elle avait l’air surprise au téléphone qu’on l’a contacte par rapport à cet enfant car ça faisait des années qu’elle n’avait pas eu de nouvelles mais elle accepta de les recevoir afin de pouvoir les aider. 

Je vous remercie de nous recevoir madame. 

- Je dois avouer que votre appel m’a surprise car je n’ai plus de nouvelles d’Antoine depuis qu’il a quitté le foyer à 18 ans. 

- Les jeunes sont obligés de partir à 18 ans ? 

- Non c’est Antoine qui a voulu partir. Il a piqué une crise un jour en disant qu’on était des menteurs, qu’on lui avait gâché sa vie et qu’il ne voulait plus rien avoir à faire avec nous. 

- Vous savez pourquoi il a réagit comme ça ? 

- Non il a pris ses affaires et il a quitté le foyer tout simplement. 

- Et ça lui était déjà arrivé d’avoir ce genre de comportement ? 

- Quand il est arrivé au foyer, il était très agressif on ne pouvait pas lui parler, ni l’approcher car il pouvait vite se mettre en colère et s’en prendre à quelqu’un. Mais avec le temps il s’était assagi, il voyait un psy et il prenait un traitement mais il a tout arrêter à ses 18 ans. 


mauddc  (23.12.2017 à 14:31)

Adèle commençait à tourner en rond dans cet appartement, voilà 2 semaines qu’elle était rentrée de l’hôpital et maintenant 2 jours qu’elle se retrouvait toute seule à l’appartement à ne rien faire. Bien sure elle n’était pas complètement seule car elle avait Ulysse mais quand Ulysse faisait la sieste elle ne savait pas quoi faire car elle n’avait jamais été habitué à ne rien faire. Elle attendait patiemment le coup de téléphone d’Emma afin de pouvoir se concentrer sur l’enquête et que ça puisse lui changer les idées. En attendant, elle s’occupait à faire un peu de cuisine elle avait décider de faire des crêpes, cela ferait plaisir à Lucas en rentrant du lycée et sûrement à Thomas en rentrant ce soir. Ulysse l’aidait à préparer la pâte quand son téléphone sonna. 

Emma ? 

- Oui c’est moi on vient de rentrer à la DPJ et j’ai dit au commandant que j’avais un appel a passé. 

- Et il t’a rien dit ? 

- Non du tout. 

- Alors quoi de nouveau ?

- On a interroge la directrice du foyer, donc Antoine Dupré a quitté de lui-même le foyer à ses 18 ans apparemment il arrêtait pas de dire qu’ils lui avaient menti, qu’ils lui avaient gâché sa vie et qu’ils ne voulaient plus entendre parler d’eux. 

- Tu sais pourquoi il leur a dit qu’ils lui avaient menti ? 

- Non elle nous a rien dit par rapport à ça. 

- Est-ce qu’on sait les circonstances de la mort de ses parents ? 

- Je vais demander à Hyppo qu’il cherche ça et je te tiens au courant. 

- D’accords., je te remercie Emma.

Adèle raccrocha et retourna dans la cuisine afin de finir de préparer la pâte à crêpe avec Ulysse. Quand elle arriva dans la cuisine elle tomba sur une scène qui la fit rire avec Ulysse qui s’était renversé tout le sachet de farine sur lui et Cailloux qui le léchait sur tout le corps pour lui enlever ,à farine. 

Qu’est ce que tu as fait Ulysse ? 

- Pris le sac et pouf sur Ulysse. 

- Pourquoi t’as pas attendu tatie ? 

- Moi faim veux des crêpes. 

- Oui mais la pâte est pas prête encore mon grand. Bon on va aller se laver et on finira les crêpes après. 

- Cailloux aussi lave ? 

- Non Cailloux on verra plus tard. Allez viens ! 

Adèle parti en direction de la salle de bain afin de débarbouiller Ulysse qui s’était mis de la farine dans les cheveux, sur le visage et sur tous les vêtements. Pendant qu’elle s’occupait d’Ulysse, Cailloux était devant la porte comme s’il montait la garde et que personne ne pouvait entrer dans la salle de bain ce qui rassura un minimum Adèle. Une fois qu’Ulysse fut tout propre ils continuèrent la pâte à crêpe afin que les crêpes soient prêtes quand Lucas rentrerait du lycée. 

Une fois les crêpes faites et qu’Ulysse ait mangé son repas, elle l’avait couché et elle pouvait ainsi se pencher sur l’enquête et se plonger dans les dernières informations qu’elle avait eu par Emma. Elle était tellement dans l’enquête qu’elle n’entendit pas Lucas rentrer de ses cours en fin de journée. Au moment où il entra dans la cuisine et qu’il la salua, elle fut tellement surprise de le voir déjà la qu’elle ferma ses notes sur l’enquête d’un coup et qu’elle sursauta. 

Désolées je voulais pas te faire peur Adèle. 

- Non ne t’inquiètes pas c’est moi qui était dans mes pensées.

- C’est cool tu as préparé des crêpes. 

- Oui je savais pas trop quoi faire ce matin alors avec Ulysse on a préparé la pâte ensemble. 

- Je peux en prendre une. 

- Bien sure elles sont pour tout le monde. 

- Tu en veux une ? 

- Non merci je te les laisse. 

- Merci beaucoup ça faisait longtemps que je n’avais pas manger de crêpe. 

- Je suis contente que ça te fasse plaisir. 

- Tu sais depuis que maman est décédée, papa s’est beaucoup mis dans le travail donc les petites attentions comme ça j’en ai pas eu beaucoup. 

- Je comprends mais tu sais ton père t’aimes beaucoup même s’il te le montre différemment. 

- Je sais tout ça sinon il ne se serait pas battu pour garder ma garde quand mes grands parents voulaient me récupérer au décès de ma mère. 

- C’est normal tu es tout pour lui et puis tu es ce qui reste de ta mère et chaque jour à travers toi il la voit.  

- Tu sais je pense qu’elle t’aurait beaucoup aime maman. 

- C'est gentil Lucas.

- Elle était complètement différente de sa sœur mais elles avaient beaucoup de différence d’âges aussi donc elles partageaient pas les mêmes choses. 

- Et pus chaque frère et sœur sont différents aussi. 

- Oui comme toi avec Camille vous étiez différentes. 

- Oui… 

- En tout cas je suis content que tu sois chez nous, ça apporte de la bonne humeur et l’ambiance n’est plus la même depuis que tu es là j’ai l’impression que la maison revie.

- Merci Lucas pour tout ce que tu me dis ça me touche. 

- Je le pense vraiment, je suis content que tu sois rentrée dans nos vies. 

- Moi aussi je suis heureuse de faire partie de votre vie. 

- Bon faut que j’aille faire mes devoirs, je te dis à plus tard. 

- Oui bon courage. 

 

Adèle était dans ses pensées après ce que Lucas lui avait dit. Elle était dans les nuages tellement elle était heureuse de ces mots. Car après tout Adèle était arrivé dans sa vie comme ça surtout ces derniers jours où elle lui avait été imposée et elle ne voulait surtout pas qu’il croit qu’elle voulait prendre la place de sa mère. Lucas avait eu une maman et elle resterait toujours sa maman malgré le fait qu’elle ne soit plus près de lui. Après ce jolie moment avec Lucas, elle décida de ranger ses notes avant que Thomas ne rentre et ne tombe dessus et décida d’aller se reposer un peu avant qu’il ne rentre. 

Elle était dans la voiture, elle ne pouvait rien faire mais elle voyait qu’Argos n’allait pas en rester là. Il détestait qu’on ne lui obéisse pas et c’est exactement ce que Baranski venait de faire. Elle lui avait donné son arme mais il n’était pas chargé et quand il avait essayé de lui tirer dessus rien ne se passait. Il n’avait pas d’autres choix et pour se débarrasser d’elle il sorti un couteau et là poignarda une première fois au niveau du ventre. Baranski ne comprenait pas pourquoi son père agissait ainsi avec elle alors qu’elle était sa fille. Mais Argos lui expliqua que malgré qu’elle soit sa fille il en avait rien à faire d’elle et il l’a poignarde une deuxième fois. Baranski tomba au sol mais Argos remonta vite dans la voiture il venait d’entendre du bruit et il devait s’enfuir vite, au loin Adèle aperçu Thomas qui courrait après la voiture mais il ne put la rattraper. 

Les larmes coulaient sur les joues d’Adele et Lucas ne savait pas quoi faire est ce qu’il devait la réveiller ou bien la laissait dans son cauchemar. Il décida d’appeler son père car lui seul savait quoi faire dans ces moments là. 

Papa je sais pas quoi faire, Adèle elle fait un cauchemar. 


mauddc  (26.12.2017 à 19:00)

- Ne panique pas Lucas et tu vas faire exactement ce que je te dis de faire. 

- D’accords, je t’écoute. 

- Essaye de l’appeler voir si elle réagit. 

- Elle arrête de s’agiter, elle est beaucoup plus calme. 

- Très bien tu vas approcher ton téléphone prêt de son oreille que je puisse lui parler sans la toucher pour éviter de lui faire peur. 

- C’est bon il est à côté d’elle. 

- Adèle tu m’entends c’est Thomas, c’est un cauchemar tout va bien tu es en sécurité il ne t’arrivera rien. 

- C’est bon papa elle a ouvert les yeux, elle est en train de se réveiller. 

- Passe lui ton téléphone s’il te plaît Lucas. 

- Tiens Adèle c’est papa. 

- Allô ? 

- Adèle comment tu te sens ? 

- Ça va juste un cauchemar. 

- Le même que l’autre fois ? 

- Non j’ai revu Argos poignarde Baranski et je te vois arriver mais tu n’arrives pas à suivre la voiture et je disparaît. 

- C’est fini tout va bien tu es en sécurité à la maison et plus personne ne te veut de mal. 

- Ça va aller t’inquiète pas j’ai voulu me reposer mais c’était pas une bonne idée. 

- Tu veux que je rentre ? 

- Non c’est bon reste à la DPJ on se verra quand tu rentreras. 

- Si tu as un problème tu n’hésites pas à appeler. 

- D’accords mais ça devrait aller. 

Thomas n’était pas tranquille des cauchemars que faisait Adèle, elle en faisait toujours autant depuis sa sortie de l’hôpital malgré le fait qu’elle parle de ses cauchemars, tant que l’histoire ne serait pas totalement terminé elle ne pourrait pas passer à autre chose. 

Désole de vous avoir abandonné j’avais une urgence. 

- Rien de grave Commandant ? 

- C’est Adèle qui a fait de nouveau un cauchemar. 

- Vous voulez que je demande à Jess de passer la voir ? 

- Non ça va aller merci Courtene je vais essayer de ne pas rentrer trop tard. On a quoi concernant la mort des parents d’Antoine Dupré. 

- Et bien son père était professeur de français sans aucun problème et toujours apprécié de ses collègues et de ses élèves mais un jour ça a dérapé. Il a été accusé par une de ses élèves de viol. Il a eu beau clame son innocence il a été condamné. 

- Mais y a pas eu d’enquête ? 

- Si mais tout était contre lui. Sauf qu’il n’a pas supporté d’être condamné et qu’on le considère comme un violeur alors il s’est suicide. 

- Laissant sa femme et son fils seul. 

- C’est ça sauf que lorsque sa femme a appris son suicide elle a fait exactement la même chose laissant son fils seul. 

- Et c’est à ce moment là qu’il a été placé en foyer. 

- Tout à fait. 

- Vous pensez que le fait qu’il est dit à la directrice qu’ils lui avaient menti c’est dû à ça ? 

- C’est possible. Et qu’est ce qu’on a sur la jeune fille qui l’a accusé de viol ? 

- Et bien quand elle a appris son suicide elle a avoué qu’elle avait menti, qu’elle voulait juste se venger d’avoir été humilier par ce prof pendant un cours. 

- Très bien vous me la convoquer j’ai des questions à lui poser et Tomasi vous ferez l’interrogatoire avec moi. 

- D’accords. 

- Et bien bravo Emma, dis donc ta mission t’auras fait du bien. 

- Pourquoi ça te pose un problème ? 

- Non du tout j’attends de voir ce que va donner l’interrogatoire. 

Emma sortie de la DPJ avant de se faire repérer par Hyppolite. Il commençait à se poser des questions et elle ne voulait pas qu’Adele soit découverte car sinon elles allaient passer un mauvais moment avec Rocher et Lamark qui ne seraient pas d’accords et puis au final elle aimait ce petit jeu qu’elle faisait avec Adèle. Elle décida de l’appeler afin de la tenir informer de l’enquête. 

Adèle je te dérange ? 

- Non j’attendais ton appel justement. 

- Comment tu te sens ? 

- Ça va mieux Emma. J’espère que Rocher ne s’inquiète pas trop ? 

- Je pense qu’il le cache il s’est replongé dans l’enquête. 

- Il est pas parti encore ? 

- Non c’est bon tu peux continuer à travailler. 

- Alors quoi de nouveau ? 

- On a appris les circonstances de la mort des parents à Antoine Dupre. Ils se sont suicides tous les 2. Le père a été accusé de viol par une de ses élèves il a clamé son innocence mais toutes les preuves étaient contre lui et il a été condamné sauf qu’il n’a pas accepté la décision et il s’est suicide. 

- Et sa femme ? 

- Quand elle a appris que son mari s’est suicide elle a fait la même chose laissant son fils seul. Mais on a appris que la victime avait menti que c’était pour se venger de son prof qui l’avait humilié en cours. On a contacte la victime et on va l’interroger. Mais j’ai un problème. 

- Lequel ? 

- Je dois assister le commandant Rocher pour l’interrogatoire. 

- Alors les principales questions à lui poser c’est de savoir comment elle a réagit à la mort de son prof ? Si elle est restée dans le même collège après le décès de son prof ? Comment elle vit avec un mort sur la conscience ? Quel est son métier aujourd’hui ? Et si elle a des enfants ? 

- Je vais essayer de retenir tout ça. 

- Tu veux que je te les envoie par sms ? 

- Non car si jamais Rocher tombe dessus on est mal et puis Hyppo commence à se poser des questions. 

- Essaye de rester un maximum discrète Emma. 

- Je fais le maximum. 

Une fois la conversation avec Emma terminée, Adèle décida de se replonger dans ses notes et dans l’enquête ce qui lui permis d’oublier le cauchemar qu’elle venait de faire. Heureusement que Lucas était là car elle ne saurait comment cela aurait pu se terminer. Elle se rendait compte qu’elle ne pouvait pas rester seule avec Ulysse du moins s’endormir avec Ulysse a côté car elle pouvait faire un cauchemar à tout moment. Elle savait que le traumatisme ne partirait pas comme ça et que ça prendrait du temps mais elle avait l’impression d’être dépendante de ses amis et elle n’aimait pas cette sensation. Elle savait très bien que bientôt elle se retrouverait face à Baranski pendant le procès et elle ne se sentait pas prête à revivre tout ce qu’elle avait vécu mais elle savait qu’elle était obligé de passer par là pour tirer un trait sur une grosse partie de sa vie et de passer à autre chose. 

Il ne lui manquait plus que de reprendre son travail et vivre sa vie entouré de ses amis, d’Ulysse, de Sarah, de Lucas et de Thomas bien évidemment et un  jour elle serait heureuse elle en était sûre mais pour cela il fallait patienter et après tout ce qu’elle avait vécu, elle était capable d’attendre. 


mauddc  (28.12.2017 à 19:36)

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne La Une

905 : Jonah (inédit)
Samedi 15 décembre à 21:00

906 : Les yeux fermés (inédit) à 21:55

Logo de la chaîne La Une

906 : Les yeux fermés (redif)
Dimanche 16 décembre à 05:40

Logo de la chaîne La Une

907 : Fuir (inédit)
Samedi 22 décembre à 21:00

908 : Charnel (inédit) à 21:55

Actualités
Les résumés des épisodes 907 & 908 dévoilés

Les résumés des épisodes 907 & 908 dévoilés
Les résumés des épisodes 907 "Fuir" et 908 "Charnel" ont été dévoilés. Résumé 907 : Adèle a percé le...

Le grand jour est arrivé !

Le grand jour est arrivé !
Après plus d'un an d'attente, le grand jour est arrivé ! Ce soir à partir de 21h que la chaîne RTBF...

Résumé du 906 dévoilé

Résumé du 906 dévoilé
Le résumé de l'épisode 6 de la saison 9 qui s'intitule "Les yeux fermés" a été dévoilé. Résumé : Le...

Bande annonce S9 - La Une

Bande annonce S9 - La Une
La chaîne belge La Une a dévoilée une bande annonce des premiers épisodes de la saison 9. Les deux...

La saison 9 à partir du 1er décembre sur La Une !

La saison 9 à partir du 1er décembre sur La Une !
La chaîne Belge La Une (RTBF) diffusera la saison 9 de la série à partir du samedi 1er décembre...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

choup37, Avant-hier à 21:44

Plus que 4 votes pour valider la bannière de ma sorcière bien aimée

choup37, Avant-hier à 21:45

Les votes du monde de joan ont aussi besoin d'être aidés

sauveur, Hier à 20:17

Vous n'êtes pas encore aller voter pour élire la nouvelle photo du mois? Précipitez-vous sur la quartier Dallas, les votes sont ouverts

sauveur, Hier à 22:20

nn

sauveur, Hier à 22:21

Vous n'êtes pas encore allé voter pour élire la nouvelle photo du mois ? Précipitez-vous sur le quartier Dallas, les votes sont toujours ouverts.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site